Les auteurs accueillent favorablement les initiatives de numérisation de leurs œuvres entreprises par les pouvoirs publics (notamment les grands musées, médiathèques et bibliothèques), en particulier pour ce qui touche à l’archivage et à la préservation de celles-ci, sous un format harmonisé. C’est aussi le point de vue des éditeurs, producteurs et autres ayants droits concernés, qui ont pour la plupart déjà entrepris une partie de ce travail. Ces ayants droit souhaitent cependant être associés à la promotion en ligne de ces fichiers digitaux, d’abord par respect pour leurs droits moraux et patrimoniaux, mais surtout pour pouvoir apporter une valeur ajoutée propre à la démarche, en collaboration avec les autres intervenants concernés.

Plusieurs négociations sont en cours, notamment avec le SPF Politique scientifique, les Établissements scientifiques fédéraux et les autorités européennes (voir Consultation CE, Audition CE et rapport du Comité des sages en annexe).

La collaboration installée depuis 2009 entre la SACD-SCAM et la Sonuma, chargée de la conservation, de la numérisation et de la valorisation des archives de la RTBF est également un exemple encourageant : les auteurs sont en effet parmi les mieux placés pour reconstituer le contexte de création des œuvres archivées, les "métadonnées" qui permettent aux réalisations sonores et audiovisuelles numérisées de trouver un nouveau public sur la toile.

La SACD et la SCAM insistent particulièrement sur la place à accorder aux auteurs dans les processus de numérisation, d’archivage et de valorisation électronique des contenus culturels. Voir à ce sujet la mobilisation autour du concept de "patrimoine partagé" (thème de la Rencontre de Bruxelles #01).