Accueil du site / Home_fr / Le point de vue de Gabriella Koutchoumova à propos du discours de la Ministre : Bouger les lignes.

Gabriella Koutchoumova est chorégraphe, danseuse, enseignante, et directrice du Pôle de recherche chorégraphique

Construire un équilibre entre réel et virtuel.

Valoriser les arts dans son quotidien. En prendre soin. Retrouver les arts de la scène, le mouvement, l’humain, la danse, le texte, les mots et leur donner lumière, au coeur de nos vies, de nos pratiques quotidiennes. Créer une société équilibrée entre virtuel et réel, entre art vivant et art virtuel. Pratiquer l’aller retour entre concret et abstrait, pratiquer le retour à notre être global. Le virtuel au service du réel. Comme dans certains arts martiaux, dans le mouvement se crée la dynamique : "recevoir pour mieux relancer". S’ouvrir à l’inconnu dans un contexte financier où personne ne semble détenir de réponses… Combien de temps allons-nous attendre le retour du calme après les troubles, des espoirs de reconstruction ? Se surprendre à penser autrement, ensemble, à innover de nouvelles formes d’interactions collectives ? Eteindre son portable et parler à son voisin dans le tram ? Ne serait-ce que ce pas là…

Cela passe aussi par la revalorisation concrète des métiers, des équipes. L’artiste comme moteur d’idées et de changement ; la production pour soutenir ces idées et les concrétiser ; la diffusion pour les partager, pour qu’elles existent et soient vues, débattues, observées, analysées,… L’art comme source de changement et d’espoir !

Remettre l’artiste au coeur de sa pratique, bien sûr… mais qu’est ce que cela veut dire concrètement pour chacun ? Pour moi il y a différents axes à cette question : Que l’artiste retrouve le temps et l’espace pour pratiquer son art, pour faire de la recherche, pour créer tout en étant entouré d’une équipe professionnelle. Que la notion de responsabilité soit partagée entre l’équipe artistique, les lieux, les pouvoirs publics et de nouveaux intervenants, pour construire ensemble la nouvelle culture d’aujourd’hui et de demain.

Les incontournables : L’importance d’une réflexion sur la diffusion, notamment celle de la danse, sur l’ensemble du territoire, l’ouverture à de nouvelles perspectives et de nouvelles façon de concevoir les liens entre territoires et arts vivants, par le décloisonnement et la décentralisation, avec des projets innovants. L’importance d’un vrai statut de l’artiste qui favorise la création et l’emploi. * Promouvoir la necessité de l’art à l’école. Redynamiser les académies, comme des lieux incontournables pour faire le lien entre l’artiste, les pratiques artistiques et les publics. Et surtout, bien sûr, l’importance de la création, d’une dynamique globale, ouverte à la rencontre.

Gabriella Koutchoumova

Chorégraphe, danseuse, enseignante, et directrice du Pôle de recherche chorégraphique

* Revenu garanti pour tous 
Dossier : une utopie à portée de main : 
Imaginer un revenu garanti pour tous, 
Inventer une autre vie, d’autres rapports sociaux, peut sembler hors de propos en période de crise. L’exercice n’a pourtant jamais été aussi nécessaire. En Europe, en Amérique latine, en Asie, l’idée d’un droit au revenu inconditionnel fait son chemin. ( à lire !)
par Mona Chollet, mai 2013
Paru dans la revue Manière de voir/ Le Monde diplomatique n° 136