Accueil du site / Home_fr / Le point de vue de Frédéric Young à propos du discours de la Ministre : Bouger les lignes

Un discours important, une réelle opportunité de réfléchir pour agir Je ne le cache à personne,j’ai demandé de l’aide largement pour réfléchir au mieux, je conseille comme expert indépendant la Ministre de la Culture, Joëlle Milquet, et j’ai contribué avec de nombreuses autres personnes à l’élaboration, aux constats et aux priorités, du discours qu’elle a prononcé lundi après-midi.
Je ne suis affilié à aucun parti, ni n’appartient à aucune organisation particulière.
Et cela restera ainsi.
J’ai travaillé depuis plus de 20 ans à défendre les créateurs, tous les créateurs et tous les autres métiers de la culture, toujours avec un esprit interprofessionnel dont pourront témoigner les autres organisations d’auteurs, les éditeurs ou les producteurs, les institutions culturelles. J’ai un grand respect pour ce qui se fait dans notre Communauté avec si peu de moyens, des publics si restreints. Je ne sais pas ce qu’est la "vraie" culture (ni la fausse) évoquée avec emphase par un auditeur de la RTBF ce matin sur la Première. Je ne sais pas comment mes enfants accèderont à la culture dans 10 ans, entre You tube et l’aca d’été à Libramont. Je sais que ma fille de 13 ans surfe sur 3 écrans, lit avec plaisir et me demande d’aller au théâtre avec elle.
D’autres enfants n’accèdent à rien, l’école ne parvient plus à leur proposer la découverte de la création.
Des étudiants de Master me disent n’avoir jamais eu un cours "en rond", avec une disposition qui change un peu la pédagogie qui fait du professeur le seul détenteur de la parole et des savoirs légitimes. Je suis fasciné par l’univers de la noosphère, comme dit Morin, celui de la création et des savoirs, de l’intelligence collective, qui s’ouvre à nous. Je tiens à vous dire ici ma conviction : le discours de lundi est un discours important pour le secteur de la culture, une opportunité de lancer une dynamique de développement durable fondée sur l’innovation exigeante, un mouvement qu’il est impératif d’entreprendre comme réponse aux difficultés budgétaires et aux crises actuelles (globalisation, numérisation, interculturalité, hyperchoix commercial, usure des modèles datant des ’80).
C’est dans la mesure où nous saurons collectivement élaborer et promouvoir des projets prospectifs, porteurs de vision sociétale et de sens, avec des rapports plus humains dans nos fonctionnements notamment pour les créateurs et artistes ultra-précarisés, que nous défendrons notre secteur, ses publics, ses outils (à adapter), son administration et ses insitutions, ses budgets.
Avec 3 % des ressources de la FWB, dont 15 % (de 3 %) à peine sur la création artistique, les budgets culturels ne peuvent servir de masse d’ajustement en cas de besoin. Cela serait absurde et sans effet.
Ce point est essentiel mais il ne résume pas tout. L’argent n’est pas le Sens et de nombreuses questions nées des ruptures qui se produisent sont à discuter entre nous, et avec d’autres contributeurs qui peuvent nous donner à voir, à anticiper et à oser.
Le discours de la Ministre part de la création et fait de la place à tous les autres métiers de l’éco-système culturel pour les inviter à participer à un vaste processus de concertation qui sera précisé dès la semaine prochaine.
C’est le moment de se mobiliser pour ce en quoi nous croyons.
Ce sera plus compliqué, laborieux, potentiellement conflictuel que de s’unir avec"Charlie", sous l’uniuqe bannière de la liberté d’expression. _ Ce qui était évidemment nécessaire.
C’est le moment de se mobiliser avec l’envie de "devenir des agents de changement au lieu de le subir et de créer des tendances au lieu d’en être les victimes"(Nikki Slocum).
Etre "agent de changement", et d’abord pour une meilleure situation de nos créateurs et artistes (un statut un jour, autre que le statut de chomeur ?), pour tirer parti ensemble de l’émergence de la société de la Connaisance, pour nouer une nouvelle alliance arts-sciences-pédagogies, voilà ce qui motive mon action aujourd’hui. Voilà ma conviction que j’avais envie de partager aujourd’hui.

Frédéric Young
Délégué général pour la Belgique de la SACD/Scam