Accueil du site / Home_fr / Qui est qui à la SACD-Scam ? / Comité belge de la Scam

1 | 2

  • Dominique Loreau
    Membre du Comité belge de la SCAM
    Dominique Loreau est réalisatrice, écrivaine et enseignante. Entre 2005 et 2007, elle fut membre de la Commission du film au Ministère de la Communauté française. Depuis 1981, elle a réalisé une (...)

    Dominique Loreau est réalisatrice, écrivaine et enseignante. Entre 2005 et 2007, elle fut membre de la Commission du film au Ministère de la Communauté française.

    Depuis 1981, elle a réalisé une dizaine de films oscillant entre fictions, documentaires et documentaires de création.

    On lui doit notamment Zigzags (1987), court métrage qui a obtenu le Prix de la meilleure photographie au Festival International de Bruxelles ; les longs métrages Les noms n’habitent nulle part, Grand prix du festival Filmer à tout prix 1995, et Divine Carcasse (1998).

    Côté documentaire, elle a signé, entre autres, la réalisation de Dakar-sida (1988), La folie des autres (1990), Au gré du temps (2006). Elle prépare Dans le regard d’une bête ou qui est qui, long-métrage qui a reçu, sur projet, l’aide aux repérages du CBA et la bourse Brouillon d’un rêve de la SCAM.

    Comme écrivain, outre des textes isolés, elle a publié en 2004, aux éditions Esperluète, L’eau du bain, recueil de nouvelles illustrées par Loustal. Un second recueil Roulés boulés est paru chez le même éditeur en 2010.

    Dominique Loreau est professeur d’ateliers de réalisation à l’Institut supérieur de Formation sociale et Communication, maître de conférence à l’Université Libre de Bruxelles en Elicit (Ecriture de Scénario et analyse de films), professeur de vidéo à l’Académie d’Eté de Libramont en section Arts Plastiques.

    → Plus d’information sur Dominique Loreau et ses réalisations cinématographiques sur BELA

  • Antoine Tshitungu Kongolo
    Membre du Comité belge de la SCAM
    Né à Lubumbashi en 1957, Antoine Tshitungu Kongolo est titulaire d’un doctorat en littérature générale et comparée (Université de Lille 3). Une version remaniée de sa thèse a paru sous le titre de La (...)

    Né à Lubumbashi en 1957, Antoine Tshitungu Kongolo est titulaire d’un doctorat en littérature générale et comparée (Université de Lille 3). Une version remaniée de sa thèse a paru sous le titre de La présence belge dans les lettres congolaises : modèles culturels et littéraires (L’Harmattan, 2003).

    Il a été chercheur aux Archives et Musée de la Littérature et au sein de la Cellule Fin de Siècle du Ministère de la Culture de la Communauté française de Belgique. Il anime régulièrement des ateliers d’écriture et est, par ailleurs, conférencier et conteur.

    On lui doit plusieurs anthologies destinées à mieux faire connaître l’Afrique et ses littératures, dont Dits de la nuit : anthologie de contes et légendes de l’Afrique centrale -Zaïre, Rwanda et Burundi (avec Véronique Iago, Labor, 1994) et Panorama de la poésie congolaise de langue française (Congo-Kinshasa) : poète ton silence est crime (L’Harmattan, 2003)

    Poète, romancier et nouvelliste, il est lauréat de plusieurs prix littéraires, notamment le Prix Pablo Neruda-Gabriela Mistral, en 1985 et en 1986. Sa nouvelle Le Sacrifice (1994) fit l’objet d’une adaptation radiophonique diffusée dans le cadre de l’émission Radio Fiction (RTBF) et primée par Radio France internationale.

    → Découvrir les œuvres d’Antoine Tshitungu Kongolo sur BELA

  • Françoise Wuilmart
    Membre du Comité belge de la SCAM
    Née à Frameries en 1942, Françoise Wuilmart est licenciée en Philosophie et Lettres (U.L.B., section philologie germanique) et détentrice de la Notoriété scientifique et professionnelle (équivalence (...)

    Née à Frameries en 1942, Françoise Wuilmart est licenciée en Philosophie et Lettres (U.L.B., section philologie germanique) et détentrice de la Notoriété scientifique et professionnelle (équivalence belge du doctorat) pour ses traductions de Ernst Bloch et la diffusion écrite et orale de la pensée du philosophe allemand dans la francophonie.

    Aujourd’hui retraitée, elle a été professeur de traduction (allemand/français) à l’Institut supérieur de Traducteurs et Interprètes de la Communauté française de Belgique (I.S.T.I.) jusqu’en 2007.

    Traductrice littéraire (auprès des Éditions Gallimard, Actes Sud, Labor, La Différence, Flammarion), elle a obtenu trois grands prix pour ses traductions de Ernst Bloch et de Jean Améry.

    Sa dernière traduction en date, parue chez Gallimard dans la collection Témoins (Une Femme à Berlin) en est à sa huitième édition (Folio, plus de 80 000 exemplaires à ce jour) et a fait l’objet de plusieurs adaptations théâtrales. Elle est également l’auteur d’une trentaine d’articles de traductologie, tous parus dans des revues spécialisées et universitaires. Elle a fondé le Centre Européen de traduction littéraire (C.E.T.L.) (www.traduction-littéraire.com), cycle postuniversitaire de formation en traduction littéraire qu’elle dirige depuis 1989.

    Elle est également fondatrice et directrice du Collège européen de Traducteurs littéraires de Seneffe (depuis juin 1996), ainsi que du D.E.S.S. en traduction littéraire de l’I.S.T.I. (depuis 2000), devenu aujourd’hui le Master pro en traduction littéraire. Elle est membre d’honneur de l’A.R.L.E. (Association pour le Rayonnement des Langues européennes), membre du C.A. de la D.L.F. (Défense de la Langue française- Bruxelles), membre du PEN-Club de Belgique. A son initiative, l’A.T.L.B. (Association des traducteurs littéraires de Belgique) a revu le jour en mars 2011.

    → À la rencontre de Françoise Wuilmart et de ses œuvres sur BELA

  • Alain Dartevelle
    Membre du Comité belge de la SCAM
    Né le 28 février 1951 à Mons, Alain Dartevelle a une formation en Communications sociales, ainsi qu’en Sciences politiques. Avec neuf romans et une centaine de nouvelles publiées en revues (...)

    Né le 28 février 1951 à Mons, Alain Dartevelle a une formation en Communications sociales, ainsi qu’en Sciences politiques. Avec neuf romans et une centaine de nouvelles publiées en revues SF-Fantastique, de littérature jeunesse et de littérature générale (Brèves, Phénix, Fiction, Ere comprimée, Galaxies, Le Vif, Tremplin, Marginales, etc.), ainsi que dans diverses anthologies, il est considéré comme un des écrivains qui comptent en science-fiction francophone.

    Bien que catalogué écrivain SF, Alain Dartevelle n’a jamais cessé de revendiquer une démarche englobante : à partir de la remise en question des stéréotypes de genre (science-fiction, fantastique, polar, érotisme) ou du mainstream littéraire, il conçoit une littérature qualifiable de totale, qui met sur le même pied réel et vie rêvée.

    Ses romans les plus connus sont « Script » (Denoël, « Présence du Futur », sélectionné au Prix Rossel 1990) et « Imago » (J’ai Lu). En parallèle à deux recueils de nouvelles sortis chez Murmure des Soirs (« Narconews » et « Au nom du Néant »), les Editions de L’Age d’Homme en ont récemment publié deux autres : « Amours sanglantes » (Prix Bob Morane et Prix Robert Duterme 2012) ainsi que « Dans la Ville infinie ».

    Il est également critique littéraire et de bandes dessinées, notamment à Art et Culture, Cahiers de la Bande dessinée, Fiction et Phénix. Actuellement actif dans la revue Galaxies et sur le site yozone.fr

  • Björn-Olav Dozo
    Membre du Comité belge de la Scam
    Björn-Olav Dozo est un chercheur (premier logisticien de recherche) à l’Université de Liège. Il enseigne les cultures populaires et les humanités numériques. Il a défendu une thèse de doctorat en (...)

    Björn-Olav Dozo est un chercheur (premier logisticien de recherche) à l’Université de Liège. Il enseigne les cultures populaires et les humanités numériques.

    Il a défendu une thèse de doctorat en littérature belge en 2007. Celle-ci a été publiée en 2011 aux Presses de l’Université de Liège sous le titre Mesures de l’écrivain.

    Il a également édité, avec François Provenzano, une Historiographie de la littérature belge, publiée aux Presses de l’ENS-Lyon en 2014.

    Co-fondateur du groupe de recherche sur la bande dessinée ACME, il a co-organisé différents colloques sur le sujet (notamment en 2008, 2011 et 2013), publié et collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Il coordonne actuellement la collection d’essais critiques ACME aux PULg.

    Vivement intéressé par les questions liées au numérique au sein de la littérature et de l’édition, il a publié différents articles et participe à plusieurs initiatives liées au numérique (par exemple la lettre d’information Lettres numériques, la plateforme OpenEdition ou la revue électronique COnTEXTES). Il est membre de différentes commissions et conseils au sein de l’Université de Liège et vice-président du personnel scientifique de la Faculté de Philosophie et Lettres.

  • Caroline Lamarche
    Membre du Comité belge de la SCAM
    Caroline Lamarche, née à Liège le 3 mars 1955, est une écrivaine belge d’expression française. Caroline Lamarche a publié Le jour du chien (Minuit, Prix Rossel 1996), La nuit l’après-midi, (Minuit (...)

    Caroline Lamarche, née à Liège le 3 mars 1955, est une écrivaine belge d’expression française.

    Caroline Lamarche a publié Le jour du chien (Minuit, Prix Rossel 1996), La nuit l’après-midi, (Minuit 1998) et cinq autres romans aux éditions Gallimard. Dernier titre paru : La chienne de Naha (2012).

    Elle a écrit par ailleurs un certain nombre de textes brefs et de nouvelles, dont J’ai cent ans, Le Rocher/Serpent à Plumes, et La Barbière, Les Impressions Nouvelles, (qui sera suivi, cet automne, de Mira, chez le même éditeur), ainsi que des textes pour la scène ou pour des livres d’artistes (dont Berlinde De Bruyckere, Romeu my deer, Skira editore, Milan 2012).

    Son texte La mémoire de l’air, sélectionné par France-Culture Voix d’auteurs, en partenariat avec la SACD, et lu en 2012 à Avignon par Dominique Blanc, sera publié en octobre 2013 par Gallimard. En Belgique, elle a réalisé des documentaires radiophoniques, dont L’autre langue qui a obtenu en 2003 le Prix SACD au Festival Phonurgia Nova (Arles).

    En 2006, elle a obtenu le Prix littéraire de la Scam.

    Actuellement elle travaille pour la scène avec Anne Thuot sur la pièce J’ai enduré vos discours et j’ai l’oreille en feu. Elle anime également des ateliers de lecture à Passa Porta dans le cadre du Goethe-Institut et une chronique littéraire dans l’émission radio « Le Grand Charivari » sur Musiq 3.

    Caroline Lamarche a été membre du Comité belge de la Scam de 1996 à 2004.

  • Jérôme Laffont
    Membre du Comité belge de la Scam
    Jérôme Laffont est un réalisateur né en France en 1979. Il est diplômé de l’INSAS en réalisation. Son film de fin d’études Au cœur du chaud, des vestiges et des hommes (2005), documentaire traitant de la (...)

    Jérôme Laffont est un réalisateur né en France en 1979. Il est diplômé de l’INSAS en réalisation. Son film de fin d’études Au cœur du chaud, des vestiges et des hommes (2005), documentaire traitant de la fermeture d’un haut-fourneau dans la région liégeoise, a été sélectionné dans une vingtaine de festivals.

    Jérôme Laffont est également coréalisateur avec Marie-France Collard et Foued Bellali, du documentaire de long-métrage Résister n’est pas un crime (2008) sur l’utilisation abusive des lois antiterroristes en Belgique.

    Par la suite, il réalise Algérie, Images d’un combat qui pose une réflexion sur les images qui ont été tournées durant la guerre d’Algérie à la fois par l’armée française et par des cinéastes militants, comme René Vautier. En 2011, il a réalisé André Renard, trois moments d’un parcours, portrait du syndicaliste liégeois et meneur en Wallonie des grèves de l’hiver 1960.

    Jérôme Laffont prépare actuellement un portrait documentaire de l’artiste Frans Masereel.

    Il est également producteur pour Les Productions du Verger.

  • Luc Dellisse
    Membre du Comité belge de la Scam
    Luc Dellisse est un romancier, essayiste, poète et scénariste né à Bruxelles en 1952. Il a publié une trentaine de livres, des romans (Le Jugement dernier, Le Testament belge, 2013 Année-terminus, (...)

    Luc Dellisse est un romancier, essayiste, poète et scénariste né à Bruxelles en 1952. Il a publié une trentaine de livres, des romans (Le Jugement dernier, Le Testament belge, 2013 Année-terminus, aux Impressions Nouvelles), mais aussi de la poésie (Premier jour dans l’autre monde, Ciel ouvert, Sorties du Temps, éditions Le Cormier), du théâtre, des essais.

    Il a scénarisé une vingtaine d’albums de bandes dessinées, ainsi que des courts métrages de fiction et des documentaires, dont récemment Anna et Vincent (Françoise Levie, Memento production, 2015).

    Il enseigne le scénario de cinéma et l’adaptation à l’ULB et dans d’autres écoles de cinéma. Parallèlement à ses cours, il est invité régulièrement à animer des séminaires sur le scénario, la construction du récit au cinéma et au théâtre, et la pratique des dialogues : à Paris, Bruxelles, Limoges, Ankara, Cracovie, Lublin.

    Il est consultant en storytelling et en budgets de création chez Christian Gatard et Co (Paris).

    Luc Dellisse est membre de la commission de sélection du film (CSF) à la Fédération Wallonie-Bruxelles et administrateur aux Archives et musée de la littérature de Bruxelles.

  • Maria Tarantino
    Membre du Comité belge de la Scam
    Maria Tarantino est née à Milan en 1972. Elle est diplômée en philosophie de l’Université d’Édimbourg. Elle a ensuite poursuivi ses études à l’Université catholique de Louvain, à l’Université de Wuppertal (...)

    Maria Tarantino est née à Milan en 1972. Elle est diplômée en philosophie de l’Université d’Édimbourg. Elle a ensuite poursuivi ses études à l’Université catholique de Louvain, à l’Université de Wuppertal et à l’Université Ca’Foscari à Venise. Ses centres d’intérêts englobent la phénoménologie, une branche contemporaine de la philosophie qui se focalise sur l’être humain, ses structures et la compréhension du monde.

    Au bout de dix ans d’études universitaires, Maria Tarentino décide d’explorer le monde de l’information et de la communication. Après un stage au Monde Diplomatique, à Paris, en 2011, elle commence à travailler comme journaliste free lance pour des publications italiennes et belges, pour la radio et la télévision, et écrit sur la politique, la culture, le cinéma et l’alimentation.

    En 2005 et 2006, elle a présenté sur CANVAS une série de 25 documentaires innovants, De Wereld van Tarantino. Elle a également réalisé des incursions dans le monde des arts plastiques, transposant son travail journalistique dans un autre registre avec Une automobile qui s’appelle démocratie (installation audio, 2006), PSA, Produit Social Autonome (2008), OGM, Organismes Généreusement Modifiés, une série d’ateliers gratuits sur la fermentation et CityOneMinutes Chartres (24 vidéos, 2012).

    En 2009, Maria Tarantino s’est orientée vers le cinéma et a réalisé Inside Out, une analyse des relations de pouvoir à l’intérieur d’une prison italienne dans laquelle un groupe de détenus crée un spectacle de théâtre. Le film a été projeté au Festival du film indépendant de Londres, dans des prisons en Belgique et en Italie, et la BBC (World Service) en a proposé une version télévisée.

    L’année suivante, la cinéaste voyage au Burundi où elle réalise Kubita, un film auto-financé qu’elle a tourné elle-même, à propos de la torture dans les prisons de ce pays. Kubita a été à l’affiche de différents festivals du film : Docville (Louvain), Pärnu, Liège, Bujumbura - et a été diffusé sur TV5.

    Cette même année 2010, Maria Tarantino monte une maison de production WILDUNDOMESTICATED et produit un moyen-métrage sur la Monnaie, l’opéra de Bruxelles, et une série de courts-métrages sur la ville de Chartres, avant d’entamer la longue aventure d’Our City.

  • Paola Stévenne
    Présidente du Comité belge de la Scam
    Paola Stévenne exerce le métier d’autrice et de réalisatrice. Son travail met en valeur un monde sans héros, créé et toujours renouvelé par une multitude, une choralité d’individus rugueux. De 1998 à (...)

    Paola Stévenne exerce le métier d’autrice et de réalisatrice. Son travail met en valeur un monde sans héros, créé et toujours renouvelé par une multitude, une choralité d’individus rugueux.

    De 1998 à 2004, elle travaille principalement en cinéma documentaire en tant qu’assistante de réalisation et de production. Elle collabore (entre autres) avec Fabrice George, Martha Bergman, Paul Meyer, Giovanni Cionni, Cobra Films, Luna Blue Film, Iota Production, …
    Elle réalise notamment Terres de confusion, (portrait de l’Europe à travers des rencontres avec ceux qui n’ont pas le droit d’y résider) et B-boys Fly Girl (documentaire sur le machisme dans le monde du rap).

    Elle développe depuis 2004 une activité d’auteure radio tant en documentaire qu’en fiction. Dans ce cadre, elle a écrit et réalisé :

    • La princesse de cristal (publié sous forme de livre-radio par les éditions L’Esperluette), une fable musicale racontée par Pietro Pizzuti,
    • Claude Ponti ou le désordre,
    • La mort de l’ogre, documentaire-fiction avec Yvan Fox et Lisou De Henau sur la dictature militaire d’Augusto Pinochet,
    • La chambre des filles, fiction radiophonique avec Benoit Verhaert, Pascale Vyvère, Jo Deseure, Raphaëlle Bruneau, Vanessa Compagnucci, Naïké Garny, Alice et Pauline Haugness,
    • V pour variations, documentaire autour de "People United will Be Never Defeated",
    • Je suis la baleine (un producteur plaide pour la création d’un tribunal pénal international contre les crimes environnementaux),
    • Leçon d’Economie (avec Serge Latouche),
    • Le modélisateur et Carte postale, avec Guillermo Kozlowski,
    • François Maspero : un désir acharné d’espérance, en collaboration avec Sylvie de Roeck, l’université populaire de Saint Gilles, Bruno Guichard et François Maspero.

1 | 2